Intel investit dans la recherche universitaire en France

0
7

Craig Barrett, PDG d’Intel, a annoncé que son entreprise allait investir en France, dans un nouveau centre de recherche universitaire spécialisé dans le calcul intensif (High-Performance Computing, HPC).

La mise en place de ce laboratoire marque le démarrage d’une collaboration de cinq ans avec le secteur français de la recherche universitaire ainsi que le premier investissement important d’Intel dans ce secteur.

Craig Barrett était aujourd’hui à Paris pour le lancement du projet : "La recherche est un vecteur primordial de la santé économique et de la compétitivité durables d’un pays. Au travers de cet investissement dans l’innovation et, en particulier, dans la recherche, nous nous engageons à accélérer la pénétration des TIC et la matérialisation de leurs avantages, en France et dans d’autres régions d’Europe."

Outre Intel, les signataires de cet accord quadripartite sont : le CEA (Commissariat à l’énergie atomique), organisme public de recherche scientifique qui mettra dans la corbeille son expérience en téra-informatique et en intégration HPC ; le GENCI (Grand Equipement National de Calcul Intensif), agence nationale de calcul intensif qui fournira ses applications scientifiques pour utilisateurs finals et un retour d’information ; l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), qui assurera l’évaluation des performances multicœurs et l’optimisation du code.

Le laboratoire sera construit à une vingtaine de kilomètres de Paris, dans l’enceinte de la technopole Ter@tec de l’Essonne, ce département disposant déjà d’un réseau de centres de recherche universitaire et scientifique. Destiné principalement aux étudiants, en France et dans d’autres pays de l’Union européenne, il devra répondre aux futurs enjeux du calcul intensif. Il est destiné ainsi à stimuler la R&D et l’innovation en Europe, en synergie avec la structure Intel Labs Europe. Ce sera un centre d’exa-informatique, où l’ordre de grandeur est la réalisation de 1018 calculs par seconde, soit 1 000 petaflops.

LAISSER UN COMMENTAIRE