Nouveau protocole anti spam chez Microsoft

0
3

Depuis quelques mois, les grandes entreprises et les gouvernants (notament aux états unis) ont décidés d’agir enfin contre le spam. En effet, les courriers indésirables polluent de plus en plus nos boîtes aux lettres au fil des jours, le phénomène a explosé au cours de l’année 2004, et c’est pour cette raison que les plus grandes entreprises mondiales ont décidé de réagir rapidement.

Parmi ces grandes entreprise, Microsoft avait proposé une nouvelle solution intitulé Sender ID (permettant d’identifier les spammeurs grâce à leurs adresses IP) au près de l’IETF (Internet Engineering Task Force), l’instance technique qui définit les principaux standards du Net, qui avait refusé d’en faire un standard. Aujourd’hui, Microsoft, a décidé de revenir à la charge en proposant une nouvelle version de son programme anti-spam en modifiant son protocole.

Ryan Hamlin, directeur général en charge de la stratégie de sécurité déclare : “Après avoir discuté avec d’autres grands groupes industriels, avec certains de nos détracteurs et des sociétés membres de la communauté open source, nous avons modifié nos spécifications pour assurer leur compatibilité avec les personnes qui utilisaient déjà SPF”.

L’éditeur a donc décidé de restreindre le champ d’application de ses brevets et réitéré son engagement de ne pas faire payer de royalties pour l’utilisation de son protocole, ce qui est un argument convaicant pour faire accepter le protocole… 

Le géant de Redmond a ainsi pu obtenir le soutient d’AOL qui s’était retiré de l’expérience début septembre. Mais aujourd’hui   le fournisseur d’accès Internet affirme : “Nous saluons les efforts de Microsoft”, et a donc décidé de reprendre les tests en concluant : “il y a encore des progrès à faire et beaucoup de travail à accomplir”. Il y a quelques jours Google a décidé d’utiliser le protocole proposé par Yahoo! (son rival) pour son prochain services mail (Gmail) plutôt que celui de Microsoft… que ces protocoles permettront de nous débarrasser de ce fléau, qui coute énormément de temps aux utilisateurs d’internet et de l’e-mail, mais aussi de l’argent aux fourniseurs d’accès et d’une manières générale à tous les professionnels qui font transiter du courrier (dont la moitié et du courrier non désiré ce qui a un coût)…

LAISSER UN COMMENTAIRE